Catégories

Promotions

Informations

Paiement sécurisé PAYBOX

Paiement sécurisé par PAYPAL

Informations sur l'eau pure et vivante NAVOTI

Presse

Article de Christian Gana paru dans Biocontact n°200 en mars 2009 sur l'eau - Voir / Télécharger PDF 840ko


Lettres d'information

Lettre d'information n°2 - la révolution sensible de l'eau, partie 1 - 2 pages - Voir / Télécharger PDF 350 ko

Lettre d'information n°4 - la révolution sensible de l'eau, partie 2 - 12 pages - Voir / Télécharger PDF 1 Mo


Vidéos sur l'eau pure et vivante

Découvrir la playlist sur l'eau structurée sur la chaîne NAVOTI - Voir

Conférence de Christian GANA sur l'eau et les procédés de purification et de dynamisation de l'eau / Capdenac 2010 - Voir

Conférence de Christian GANA sur l'eau : quelle eau boire ? de l'eau pure à l'eau vivante. Salon médecines douces 2011 - Voir

Installation du purificateur d'eau sur évier - Voir

Fonctionnement de la cruche à vortex - Voir

Fabrication de l'eau de shungite - Voir


Notices d'utilisation des produits distribués par NAVOTI

Mode d'emploi de l'eau de shungite - à venir

Doc Precious Prills - à venir

Doc Crystal Pearls - à venir

Notice du purificateur d'eau sur évier - à venir

Notice du purificateur d'eau sous évier - à venir

Notice du purificateur d'eau pour le bain et la douche - à venir


Rappel des procédés les plus connus de purification de l'eau

Filtration par charbon actif :
Le charbon est une substance qui depuis longtemps est utilisée pour adsorber (fixation superficielle d’un gaz ou d’un liquide) les impuretés. Une cartouche de charbon actif peut adsorber des milliers de différents produits chimiques. Le charbon actif est un carbone qui a une légère charge électrique positive le rendant attirant aux produits chimiques et aux impuretés. Pendant que l’eau traverse le charbon actif, les ions négatifs des contaminants sont attirés sur la surface des granules de carbone.
Les filtres de charbon actif enlèvent/réduisent beaucoup de produits chimiques organiques volatils, pesticides et herbicides, comme le chlore, le benzène, le radon, les dissolvants et d’autres produits chimiques synthétiques trouvés dans l’eau de robinet. En outre, les filtres de charbon actif en bloc retiennent les particules jusqu’à 0.5 micron, y compris le Giardia et le Cryptosporidium.
Les filtres de charbon actif ne parviennent généralement pas à éliminer les contaminants inorganiques ou les métaux dissous tels que des minéraux/sels (dureté de l’eau), l’arsenic, l’amiante, le chrome, le cuivre, le fluore, le mercure, le nickel, les nitrates/nitrites, le sélénium, le sulfate, le thallium... L’élimination de ces contaminants exige un système de filtre d’eau par KDF (neutralisation des métaux lourds), osmose inverse ou un distillateur adapté.

Filtration par osmose inverse :
L’osmose inverse est un phénomène uniquement physique basé sur la pression osmotique. Le procédé consiste à presser l’eau à travers une membrane semi-perméable qui ne laisse passer quasiment que les molécules d’eau tout en retenant les autres éléments (désirables et indésirables), qui eux, s’écoulent à l’égout avec l’eau de rejet. Ce procédé peut être comparé à l’épuration qu’effectue nos reins.
La membrane d’osmose, véritable clé de voute du système d’osmose inverse permet de supprimer des particules aussi petites que des ions. Les pores d’une membrane d’osmose inverse sont approximativement de la taille de 0.0005 micron (les bactéries sont de l’ordre de 0,2 à 1 micron ; les virus sont de l’ordre de 0.02 à 0.4 micron).
Une fois osmosée, l’eau a des caractéristiques particulières. Voici quelques chiffres la définissant :
- Une suppression de 99,99% des bactéries de l’eau
- Un ph de 7 pour une eau pure à 25°
- Une oxydo-réduction de 22 rH2
- Une résistivité > 30 000 Ohms
- Un taux de nitrates de 0 mg/l assuré

Source : http://www.une-eau-pure.com


Nos choix et notre approche pour l'obtention d'une eau pure et vivante

"Après avoir expérimenté l’osmose inverse durant de nombreuses années, nous sommes revenus à une filtration plus simple et moins complète. Nos réflexions sur le «vivant» nous conduisent aujourd’hui à accorder une grande importance aux qualités biophysiques de l’eau (structuration, dynamisation, résonance, mémoire informationnelle), et à modérer la pression que l’on met sur elle pour la vider de sa substance, quand bien même une partie de celle-ci est indésirable. La pureté n’existe pas dans la nature. Nous cherchons à nouer avec l’eau une relation plus équilibrée, en correspondance avec  le concept d’homéostasie, ce processus dynamique qui tend vers l’équilibre et qui est à la base de l’évolution des systèmes vivants. Il nous semble essentiel de développer les qualités humaines qui permettent d’accéder à une juste relation à l’eau, donc à la Nature. Tourner notre regard vers les propriétés particulières de l’eau en nous et en dehors de nous, nous apparaît comme le meilleur chemin de compréhension de cet Élément si mystérieux. Outre ces questions d’ordre philosophique, des raisons plus objectives s’imposent à nous :

> Les travaux du Professeur Jacques Benvéniste ont démontré que la mémoire de l’eau, donc la signature électromagnétique des éléments qui l’ont traversée, peut être aussi impactante pour les organismes vivants que les molécules elles-mêmes. Ce qui veut dire que face à une eau pure sur un plan physico-chimique mais dont la mémoire conserverait la trace de polluants, l’organisme réagirait tout aussi négativement que s’ils étaient encore présents physiquement dans l’eau.
Il nous faut donc aussi réfléchir sur les moyens adaptés pour traiter ce type d’informations qui à la longue, comme l’a démontré en son temps le Pr. Jacques Benveniste,  et plus récemment le Pr. Luc Montagnier dont il poursuit les travaux et auquel il rend un vibrant hommage, sont aussi nuisibles, voire plus pernicieuses, que les particules elles-mêmes.

> Une eau vidée de sa substance va chercher à se rééquilibrer, donc à s’emplir de nouveau. C’est ce qu’une eau «vide» va réaliser en soutirant à l’organisme du buveur les minéraux et autres éléments dont elle est ainsi dépourvue. Cela pourrait entraîner une déminéralisation progressive. Pour notre part, nous souhaitons conserver à l’eau sa minéralité et améliorer sa biocompatibilité par des processus de dynamisation appropriés, en particulier par l’usage du vortex."

Parmi tous les dispositifs qui existent sur le marché, lesquels avez-vous choisi de proposer ?
"Pour la filtration, que nous considérons comme la première étape «physique» de purification de l’eau, nous avons choisi des dispositifs à la portée de tous, présentant un rapport efficacité/prix très intéressant. Ainsi, nous proposons un purificateur d’eau sur évier à base de charbon actif et un purificateur pour le bain et la douche, tous deux simples à installer et sans plomberie.
Assumant le fait qu’il demeure une partie des polluants dans l’eau résultant d’une filtration par charbon actif, nous nous sommes donc concentrés sur sa revitalisation et sa dynamisation selon des procédés naturels inspirés par l’école autrichienne-suisse-allemande (Viktor Schauberger, Theodor Schwenk, Johann Grander, Rudolf Steiner, Roland Plöcher...). Notre approche consiste donc à filtrer l’eau de telle façon que ce soit soutenable sur le plan financier, éthique, physique et biophysique et par ailleurs, à permettre la stimulation du système immunitaire afin qu’il puisse s’adapter et répondre aux signaux engendrés par la présence des particules et informations qui restent encore dans l’eau.
C’est un processus basé sur l’intelligence du vivant plutôt que sur la peur.

Nous considérons que la base pour disposer d’une eau de qualité est l’association «purificateur d’eau et cruche à vortex». Nous disposons ainsi d’une eau dynamisée, oxygénée et neutre au niveau de l’information qu’elle contient. Ensuite, libre à chacun d’y mettre l’information dont il a besoin. C’est là qu’interviennent les Prills, les Pearls, la shungite, on encore l’OLI-DYN et le Cleanergy."