L'hygiène électromagnétique 27/09/2012

Il est important de distinguer les différents types de pollutions qui nous environnent.

Celles locales sur lesquelles nous avons la capacité d’intervenir facilement.

Celles plus distantesou sur lesquelles notre capacité d’intervention est plus compliquée, limitée voire nulle sauf à considérer un déménagement (Wifi et DECT du voisinage, antennes-relai, défauts de construction et de mise à la terre des bâtiments, ligne à haute-tension ou compteur EDF à proximité, failles ou cours d’eau souterrain, etc.).

 

L’hygiène électromagnétique

concerne ces pollutions locales dont nous pouvons facilement limiter la perturbation dans une fourchette de 50 à 70 %. 

 

L’hygiène énergétique

vise quant à elle à stimuler notre système immunitaire et à équilibrer nos énergies personnelles et celles de notre environnement de manière à limiter l’impact des pollutions diffuses, sur lesquelles notre capacité d’action est limitée. Cette approche vise à préserver notre intégrité physique et psychique. Elle considère la qualité de nos eaux internes qui est directement impactée par la qualité de notre environnement électromagnétique, ainsi que par nos actions et nos pensées.

 

LES DIFFERENTS TYPES DE POLLUTIONS ELECTROMAGNETIQUES

Les systèmes de communications et technologies sans fil génèrent un brouillard d'ondes invisibles que l'on nomme "électrosmog", mélange d'ondes radio, hyper-fréquences (micro-ondes), de basses et d'extrêmes basses fréquences.

Voici quelques unes des sources principales d’électrosmog :

- technologies utilisées pour la téléphonie mobile (64 millions d'abonnés en France pour 64 millions de français, 300 000 antennes relais en fréquences GSM, UMTS, 3G, ainsi que plus de 150 000 Répétiteurs Hertziens),

- WiFi créé à l'origine pour un usage de réseau informatique et utilisé maintenant pour bien d'autres fonctions (babyphones, consoles de jeu, téléphonie, internet et TV sur tablettes (type Ipad), sur téléphones portables et Ipod WiFi utilisé couramment par les ados pour échanger sur les réseaux sociaux…). Il est activé dans plus de 70 % des foyers, souvent à l'insu de son propriétaire car préprogrammé par défaut par les opérateurs au moment de la livraison de la "box", même en utilisant les câbles. Il est disponible dans de nombreux lieux publics, alors même que cette technologie est interdite dans les écoles en Angleterre, en Allemagne et en Autriche et qu'un rapport parlementaire récent préconise de faire de même dans toutes les écoles d'Europe, jetant le trouble sur l'avenir de l'usage des tabletPC et des tableaux numériques en voie de déploiement dans l'enseignement.

- les téléphones sans fil de type "DECT" ont leur base qui émet en permanence dès qu'ils sont connectés au courant. A de très rares exceptions près, ils émettent le même type d'ondes que ceux d'antennes de téléphonie mobile tout en étant plus proches des habitants de la maison ou des employés au bureau.   

- et les autres techniques sans fils de types Wi-max, Bluetooth, Tétra, TNT pour la télévision numérique…

Les risques liés à ces champs électromagnétiques sont réputés certains puisque les assureurs refusent de les couvrir… Et qu'en date du 6 mai 2011, une résolution du conseil de l'Europe est adoptée pour mettre en garde les différents pays de l'Union sur "Le danger potentiel des champs électromagnétiques et leurs effets sur l’environnement".

Évidemment, toutes ces agressions peuvent générer un impact non négligeable sur notre fonctionnement général et notre santé.

La particularité de ces ondes est qu'elles agissent sans que l'on puisse s'en douter puisqu'elles sont inodores, invisibles et non audibles pour la majorité d'entre nous. Cependant, des personnes sensibles qui en ont développé la perception, de manière volontaire ou non, les ressentent y compris parfois de manière douloureuse.

Voilà pourquoi il nous paraît indispensable qu'après la lecture de ces pages vous ayez envie d'adopter les règles d'hygiène électromagnétique qui vous permettront d'agir en toute conscience sur ces ondes sans attendre la goutte de trop qui vous fera basculer dans un état d’électrosensibilité contraignante.

ATTENUATION DES POLLUTIONS ELECTRIQUES

Les effets sur la santé des pollutions liées au câblage électrique et à l’utilisation de la fée électricité sont depuis très longtemps démontrés, et pourtant semblent toujours actuellement sous-évalués.

Il y a deux paramètres ici à prendre en compte et éventuellement à analyser et faire mesurer, en plus du champ électrostatique lié aux frottements et aux matièresainsi qu’à un faible degré d’hygrométrie des pièces :

Le champ électrique : il court le long de tout le câblage sous tension, que l’on se serve ou non des prises et des objets branchés dessus. Ce champ est nul dans le cas où nous utilisons du câblage blindé, le blindage ayant la capacité de le contenir à l’intérieur du câble et de l’évacuer vers la terre, lorsque celle-ci est correctement conçue. Le champ électrique se répartit le long des câbles électriques non blindés dans les murs, depuis le départ du tableau électrique jusqu’à la lampe ou les prises disposées partout dans la maison. Idem pour les radiateurs électriques qui génèrent un champ électrique important s’il ne sont pas branché sur une prise avec une terre opérationnelle.

Les différents types de matériaux utilisés sont plus ou moins conducteurs, et génèrent une pollution différente en terme d’incidence sur la santé. Dans les cas des maisons anciennes avec des planchers en bois et du câblage entre les poutres porteuses par exemple, ou dans les maisons en bois ou matières écologiques type « béton de chanvre », paille, etc…, ces pollutions en champ électrique peuvent aller jusqu’à être très fortes. La qualité de la terre est primordiale pour limiter l’incidence de cette pollution sur votre environnement direct. Un ordinateur branché sur une prise qui n’a pas de terre va émettre jusqu’à 500 V/m là où le même ordinateur n’aurait que 5 à 10 V/m branché à la terre ! Tous les systèmes de câbles et lampes blindées ne doivent être utilisés qu’avec des prises avec une terre. Sans quoi plutôt que de contenir la pollution, ces dispositifs vont l’amplifier car ils ne pourront pas évacuer la charge à la terre.  Il est donc impératif de tester la terre de vos prises électriques avant usage, au minimum avec le testeur de terre que nous proposons, ou mieux encore avec un appareil de mesure par un professionnel.

Il y a des aberrations techniques jusque dans les interrupteurs de la majorité des lampes de chevet qui encore aujourd’hui sont livrées avec des interrupteurs unipolaires, qui, branchés à l’envers sur la prise vont générer une pollution électrique supérieure lampe éteinte à celle mesurée alors que la lampe fonctionne, et ce, pour toute la durée de la période de repos passée sur le lit, soit environ un tiers de notre vie ! En échangeant ces interrupteurs par des modèles bipolaires, ou en branchant l’appareil concerné après avoir déterminé le bon sens à l’aide d’un tournevis testeur, on diminuera de manière très importante cette pollution. En utilisant du fil blindé, le résultat ne sera que meilleur.

 Le champ magnétique : il est généré par l’utilisation du courant. Nous le trouvons à de petites doses le long des fils électrique et il varie selon l’intensité de l’utilisation et l’éloignement entre les deux fils de phase et de neutre. Nous trouvons aussi du champ magnétique sur les moteurs en fonctionnement et sur tous les bobinages de transformateurs. Ces champs magnétiques sont mesurables autour des lignes à haute tension qui amènent le courant de la centrale électrique jusqu’aux différents transformateurs de quartier. Là aussi, certains type de chauffage électrique, notamment les dalles anciennes, peuvent générer un champ magnétique important à surveiller, idem pour certains types d’appareils électroménager, notamment les plaques à induction que nous recommandons d’éviter !